Toutes les actualités intelligence économique de l'école de guerre économique

"L'innovation est un enjeu de souveraineté" l’analyse de Patrick Cansell dans La Provence

mardi, 18 juin 2019, Imprimer

"L'innovation, nouvelle arme de pointe de la Défense 4.0?" entretien avec Patrick Cansell, professeur à l'Ecole de guerre économique, (EGE) de Paris dans le quotidien "La Provence". Docteur en Science de l'Information et de la Communication,
Fondateur et dirigeant du cabinet ARTEM Information & Stratégies, il enseigne au sein de la formation initiale "MBA Stratégie et Intelligence Economique SIE" et des formations exécutives "MBA Management Stratégique et Intelligence Economique MSIE".

Création de l'AID, des clusters... Quelles conséquences sur la scène internationale ?
"L'impact est d'abord sur le rapport de force entre les puissances, notamment par rapport aux États-Unis qui pendant des décennies ont tenté de limiter leurs autres nations à développer leur armement et leur tissu industriel. Ça passait notamment pas la politique "Arms control", initialement visant à la non-prolifération des armes, dans laquelle les Américains ont poussé les efforts budgétaires des États vers des industries hors défense via l'Otan, du lobbying, de la coopération industrielle... Avec une naïveté des dirigeants en face qui se sont laissés aspirer dans ces promesses d'un partage industriel équilibré. Ils ont aussi créé ce qu'il appelle la "Itar regulation", qui leur permet de contrôler que des puissances étrangères n'importent pas technologies de guerre comportant des composants américains. Dans un monde globalisé, tout le monde achète à tout le monde... Ils ont bloqué des projets entiers. On assiste donc à une volonté des industries et des États de s'organiser pour être moins naïfs. L'innovation et sa structuration permettent de récupérer des briques technologiques "Itar free", qui ne tombent pas sous le coup de cette régulation. C'est un enjeu très fort de souveraineté."

Et sur le plan économique ?
"L'enjeu économique réside dans la construction d'un écosystème dynamique. On peut prendre l'exemple du Mittelstand allemand, l'une des clés de la compétitivité du pays. C'est un réseau d'entreprises de taille moyennes, leaders sur leur marché, mais peu connues. Elles structurent autour d'elles des fournisseurs, des écoles... Pour bénéficier de synergies, avec un enjeu de résilience (appuyer ses fournisseurs critiques pour sécuriser sa production), un enjeu de co-développement (moins cher), et un enjeu de réactivité. Or, dans le domaine de la Défense, on sait qu'on ne sera pas vraiment capable d'identifier le conflit ou le théâtre d'opérations du futur. Donc on fonctionne avec du matériel générique et des achats d'urgence de matériel spécifique. En ayant une vraie dynamique collective, l'écosystème de l'innovation de Défense y gagnera : plus forte modularité des offres, plus forte résilience face à la concurrence internationale et meilleure adaptation aux enjeux technologiques et aléas du monde."

LIRE LA SUITE